top of page
  • Photo du rédacteurSéraphina Husset

Le ras-le-bol des agriculteurs





« Ils s’en mettent plein les poches,

Je dirais même, les sacoches :

Dans la Grande Distribution,

On en gagne des millions…

 

Ils mettent les paysans sur la paille,

Et ceux qui élèvent la cochonnaille.

Les petits agriculteurs :

Ils en ont gros sur le cœur...

 

Lui, là-dedans est un expert,

N’a pas le cœur de son père :

Il a le sens des affaires,

Ce Très Cher Monsieur Leclerc » !

 

 

Depuis fin janvier 2024, nous avons assisté au triste spectacle de nos agriculteurs sur leur tracteur bloquant des routes, des autoroutes et contraints à des actions coup-de-poing  dans des supermarchés afin que leurs produits leur soient achetés au juste prix.

Poussés à bout depuis des années, ils ont eu cet unique moyen pour attirer l’attention du gouvernement et des grandes surfaces sur la dureté de leurs conditions de vie. 

En parallèle, combien de fois n’a-t-on pas vu ces derniers mois ce très cher Monsieur Leclerc vanter à la télévision et dans certains médias, la main sur le coeur, sa démarche magnanime pour lutter contre l’inflation et la cherté de la vie ?

Peut-il nous expliquer pourquoi tant de foyers n’ont pu que constater, et se désoler des prix qui ne faisaient que grimper dans ses magasins et dans ceux de ses  concurrents ?

Passer à la caisse dans les supermarchés est devenu très compliqué pour les personnes aux faibles revenus.

  

Récemment, à coup de publications et articles, ce cher Monsieur Leclerc s’est fait passer pour une victime, celle du gouvernement !  Mais cela ne prend pas... En agissant de la sorte, il n’a fait que jeter de l’huile sur le feu !

Constatant son double langage, les agriculteurs, les maraîchers, les apiculteurs victimes de la pression exercée par la Grande Distribution sont plus que jamais remontés contre lui ! Certains se sont rendus dans ses magasins pour manifester leurs colères, leur désarroi, leur désapprobation.

 

Soyez convaincu,  Monsieur Leclerc que leur colère n’est pas éteinte, tant s’en faut ! Car, vous, la bande des cinq vous les avez trop exploités, année après année.

OUVREZ les yeux Monsieur Leclerc !

La colère des centaines d’agriculteurs et d’apiculteurs visant votre enseigne en dit long sur la façon dont vous les avez traités, essorés, méprisés depuis si longtemps ! lls en ont gros sur le coeur, et à votre encontre, une colère TOTALEMENT justifiée...

 

CHER  M. MICHEL LECLERC LE VENT A TOURNÉ POUR VOUS !

 

 

Pourquoi  de tels choix si pénalisants ?

Nous avons vu dans certains de vos magasins des agriculteurs, des apiculteurs extraire de certains rayons des denrées alimentaires en provenance d’Ukraine, de Pologne et d’ailleurs.

A titre personnel, habitante du Valois, région de production des pommes et des poires Conférence, je constate, sans être la  seule, que dans votre magasin de Villers-Cotterêts « la Région du Valois n’a pas de talent », à vos yeux, assurément!  Il est plus aisé de trouver ces fruits provenant de la Belgique ou du Chili... Alors qu’à moins de dix kilomètres de vos étalages, les agriculteurs et les maraîchers sont en capacité de remplir vos rayons. Et, il en est ainsi pour des centaines d’articles.

M. Michel Leclerc vous n’êtes pas l’abbé Pierre, consommateurs et producteurs, nous le CONSTATONS tous les jours...

 

 

« A moi, les bonnes affaires... »

Le 8 février 2024, sur BFM Business, dans la chronique Conso, les personnalités présentes sur le plateau dont Périco Légasse, journaliste et chroniqueur gastronomique repassèrent une courte déclaration de Michel-Edouard Leclerc datant de quelques mois dans laquelle il disait vouloir s’approvisionner à l’étranger pour pouvoir acheter moins cher ! Ses propos :

« Ce qu’on va aller chercher, c’est des prix plus bas, c’est des rabais, des remises. Leclerc va faire le tour de l’Europe pour aller chercher ce qui est de moins cher partout en Europe. On a des Leclercs en Pologne. On a des Leclercs au Portugal [...]*

A cette déclaration, M. Périco Légasse rétorqua : « [...] La grande distribution est une MACHINE A FAIRE DU FRIC. Ils se foutent totalement des pauvres ! Ce qu’ils veulent, c’est faire des marges. [...] »

 

Le 9 février 2024, dans la même émission BFM Business, Ségolène Royal était invitée à parler de Michel-Edouard Leclerc. Pour introduire l’interview, la journaliste résuma l’état d’esprit de M. Leclerc : « Le patron de Leclerc exprime son ras-le-bol et il pointe du doigt les mauvais élèves de la loi Egalim [...] ».

La réplique de Ségolène Royal fut sans ambiguïté aucune :

«[...] Ca devient insupportable ces patrons de la grande distribution qui sont RESPONSABLES de ce qui se passe dans le milieu rural, et ne répartissent pas correctement les bénéfices. LECLERC, C’EST 45 MILLIARDS DE CHIFFRE D’AFFAIRES. Son chiffre d’affaires  a augmenté, car comme il court les plateaux télé, ça fait de la publicité pour son groupe. [...] »

 

Mr M. Leclerc, savez-vous qu’à votre insu vous êtes observé depuis des années ?

Tellement matérialiste, vous êtes à mille lieux de réaliser que vos directives et manigances n’échappent pas aux défunts qui vivent dans l’au-delà.

Là où il se trouve, dans l'au-delà, votre père Edouard, doit certainement être  consterné, se désoler de vos façons de procéder...

En ma qualité de Médium et Canal Divin, déjà en 2004, je recevais par télépathie un message VOUS concernant. Il figure dans mon premier livre Les Clés du Paradis - paru en 2005 -, sous le titre A nous les sous... Sous forme de quatrains, confondant de réalisme, il en dit long sur vos pratiques abusives... Vous avez oublié l’Enseignement du Christ :


«  RIEN N’EST CACHÉ QUI NE SERA DÉVOILÉ. »

 

 

Ce qui va sans se dire, va encore mieux en se disant

Le 24 avril 2023, je diffusais ce message sur mon site dans le post que j’avais intitulé Leclerc et compagnie se gavent... En voici des extraits significatifs :

 

« Ils s’en mettent plein les poches,

Je dirais même, les sacoches :

Dans la Grande Distribution,

On en gagne des millions…

[...]

L’euro, pour tous, fut une aubaine !

Ça a été une sacré veine.

Tous les prix ont dérapé :

Le gouvernement a laissé…

 

Comme Pilate, il a agi :

Les a laissés faire « leurs » profits…

Au détriment des tout petits.

UN JOUR, IL Y AURA DU RIFIFI !


Ils mettent les paysans sur la paille,

Et ceux qui élèvent la cochonnaille.

Les petits agriculteurs :

Ils en ont gros sur le cœur.


Ils n’ont plus le goût à travailler.

TOUS, ils les ont dégoûtés :

Ils sont tellement exploités.

D’aucuns se sont suicidés...

 

Oui, c’est vrai, ils cassent les prix !

Du lundi au vendredi,

Sur le dos des artisans,

Et des petits négociants.


Ils leur imposent des prix,

Qui sont vraiment riquiquis,

Ils étranglent les artisans,

Soi-disant pour leur clients !

 

Ils sont comme des requins,

Ils rengainent le même refrain.

Entr’eux, ils se font la guerre

Sur le dos de la ménagère…

 

Lui, là-dedans est un expert,

N’a pas le cœur de son père :

Il a le sens des affaires,

Ce Très Cher Monsieur Leclerc !

 

À la télé vient parader ;

Ses produits, il vient vanter,

Sous prétexte de dénoncer…

Concurrents qu’il veut écarter !


Car il a les dents longues,

Aussi grandes que des tongues ;

Il arbore de grands sourires :

Clients : Attendez-vous au pire !


Oui, il est un grand malin,

Il s’en tient à son refrain :

« Chez moi, les prix sont petits,

Puisque je vous le dis ! »


Publicités mensongères :

Un peu, beaucoup il exagère.

Il fait croire à ses clients

Certains de ses boniments...


Plus haut que le bâton des majorettes.

Certains prix chez lui s’affolent

Quand, par publicité, il racole...

 

Quand il baisse quelques prix,

Ça lui coûte… deux, trois radis ;

Sur d’autres, par dix, il s’enrichit :

Il a le sens de l’économie…


Son bas de laine, à lui, grossit :

Sournoisement il agit !

Aux petits il a menti :

Un jour, il y aura du rififi !

 

Il a de grandes ambitions :

Être Roi de la Distribution,

Écarter tous les Champions !

Les évincer comme des pions…

 

Point ses clients ne sont rois,

Car, pour lui, son grand exploit :

Son compte bancaire a explosé ;

Des petits, il a endettés !


Car, pour manger, il faut des sous !

Certains parfois sont à bout :

Ils n’ont pas le nécessaire,

Mais Leclerc n’en a que faire !

 

Il aime tellement compter ses sous :

Il est pire que l’oncle Picsou !

Son argent le rend fou :

Devant, il se met à genoux.


Il est une petite fripouille,

Prend ses clients pour des andouilles.

Oui, il les prend pour des nouilles

Quand il s’en met plein les fouilles ! 

 

Il pousse à la consommation :

Ce qu’il veut, c’est des millions.

Il n’a pas de considération :

Ses clients sont des pions !

 

Le gouvernement ferme les yeux :

Il agit comme un peureux ;

Mais lui ne fait pas son marché :

Il n’est pas concerné !


Il y a des renvois d’ascenseur,

Pas chez le petit marchand de beurre.

Lui, il peut bien crever :

Gouvernement pas concerné ! »

 

 

Ce message sous forme de quatrains me fut dicté par un de mes Guides Emile Lambour en 2004. Décédé en 1977, il repose au cimetière de Sarcelles dans le Val-d’Oise. Je ne l’ai pas connu de son vivant, mais il a une très grande place dans mon coeur et dans celles de certains de mes proches. En effet, quasiment chaque jour, il vient nous livrer des messages personnels d’une grande précision afin nous aider. A travers chacun d’eux, Il nous manifeste Son Amour ainsi que Celui de la Famille de Lumière dont Il est souvent le Porte-Parole.





52 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page