• Séraphina Husset

Emile Lambour, une Force, une Foi exemplaires

#EtredeLumiere, #MaitreSpirituel, #Magnetisme, #Compassion, #Picardie

Le Christ était Son Modèle : pour Lui, il avait totalement accepté de vivre de grandes souffrances physiques et morales. Il connut des tragédies familiales, mais jamais sa Foi et son Amour pour Dieu ne vacillèrent !

Il est des Etres qui passent inaperçus tant leur apparence physique est humble, discrète, banale. Emile Lambour était de petite taille. Il portait une blouse grise qui le rendait plus anonyme et plus humble encore. Par contre, ceux qui savaient voir avec les yeux de l’âme étaient frappés par l’intensité de son regard d’un bleu si pur : la Force qui en émanait était perceptible. Lorsqu’il regardait ses interlocuteurs, il leur en imposait...


C’est très souvent dans des enveloppes charnelles sans éclat particulier que se dissimulent des Etres d’une grande Élévation Spirituelle. A nous de voir au-delà des apparences...

​Emile Lambour était empli d’Amour et de Compassion, c’est la raison pour laquelle il avait choisi de soulager la souffrance humaine en magnétisant, en priant. Pendant des années, à Villers Bocage, petit village de Picardie, il se rendait régulièrement pour magnétiser, guérir, consoler.

Le Christ était Son Modèle : pour Lui, il avait totalement accepté de vivre de grandes souffrances physiques et morales. Il connut des tragédies familiales, mais jamais sa Foi et son Amour pour Dieu ne vacillèrent !

Pour ragaillardir son âme, il la nourrissait en lisant des ouvrages d’authentiques Maîtres spirituels hindous : l’Autobiographie d’un Yogi de Yogananda, La Bhagavad-Gîtâ de Shri Aurobindo, Les Yogas pratiques de Swami Vivékananda, La Vie des Maîtres, de Bairdt. Spalding, La Doctrine secrète d’Héléna Blavatsky pour ne citer que ces ouvrages.

Je ne l’ai pas connu de son vivant – il était un membre de ma belle-famille – mais il me révéla à plusieurs reprises que j’avais été sa fille bien-aimée en Atlantide et en Egypte. C’est en mai 1984 qu’il entra pour la première fois en contact avec moi. Depuis nous avons continué de tisser de magnifiques liens d’âme à âme.

En 2003, à la demande de mes nombreux Guides, je me mis à la rédaction de mon livre Les Clés du Paradis. Emile et mon petit frère Jean-Yves m’assistèrent dans ma tâche. Tous deux ont des personnalités très différentes : en Jean-Yves, réside beaucoup de Douceur, ses Energies sont similaires à celles de Yogananda. La personnalité d’Emile me rappelle celle de St Paul et de Sri Yuckteswar. Tous les deux ont une Force Spirituelle impressionnante.

Je précise que chaque Etre de Lumière a une Mission qui lui est assignée par Dieu : le plus souvent, elle correspond à la personnalité que cet Etre avait durant sa dernière incarnation terrestre.

La tâche d’Emile est souvent ingrate : il protège ceux et celles qui reçoivent de la magie noire en provenance d’humains mais aussi des ondes maléfiques en provenance d’entités qui vivent dans les plans invisibles : êtres qui entravent gravement et dangereusement les Lois Divines ! Et ils sont légion… Ainsi, lorsque des personnes subissent de graves pollutions énergétiques, il nettoie leur aura. Comme il aime à le dire : « Il va au charbon »…

​Son rôle est également de communiquer sa Force, sa Puissance Divine, à ceux et celles qui choisissent de se tourner vers Dieu en s’emplissant toujours plus d’Amour, toujours plus de Lumière. Il est alors d’une Patience infinie.


​Dans Les Clés du Paradis, je lui rendais hommage : « Cher Émile, vous étiez une incarnation de la Compassion. Votre Amour pour le Christ était sans limites. Vous aviez une dévotion toute particulière pour sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Vous nourrissiez aussi votre âme de l’Enseignement des Grands Maîtres Hindous. C’est ainsi que, certaines nuits, quittant votre corps physique, vous alliez vous ressourcer dans l’Himalaya en leur compagnie.


Votre corps repose dans le cimetière de Sarcelles, dans le Val d’Oise. Le 4 juin 2004, jour anniversaire de votre naissance, je suis allée prier sur votre tombe. Avec les yeux de l’Esprit, je vis enveloppant votre pierre tombale une sphère de pure Lumière jaune : la Lumière Divine. C’était votre Corps de Gloire, votre Corps Spirituel.

Seuls les Etres qui ont terminé leur cycle d’incarnations terrestres – les Saints, les Maîtres Ascensionnés qui ne se réincarneront plus – ont dans l’au-delà un Corps de Gloire, et ce, à l’image du Christ.

Cette vision n’atteste-t-elle pas de votre grande Élévation Spirituelle ? Vous êtes né le jour de la Fête-Dieu, en 1903, et vous avez quitté votre enveloppe charnelle à tout jamais, le jour de Pâques, en 1977. N’est-ce pas là un Signe Divin ? »

Publication originale : juin 2012 sur le site Amour-et-Lumiere, Séraphina Husset


This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now