• Séraphina Husset

Ramakhrisna, ce "Fou de Dieu"

#Avatar, #Brahman, #Hindouisme, #Inde, #Manifestation,

«J’ai pratiqué toutes les religions : hindouisme, islamisme, christianisme, et j’ai suivi aussi les voies des différentes sectes de l’hindouisme… Et j’ai trouvé que c’est le même Dieu vers qui tous se dirigent, par des voies différentes.»

Dans la Bhagavad-Gîta, Texte Sacré hindou, le Dieu Krishna s’adresse au valeureux guerrier Arjuna en ces termes :

« Bien que Je sois le Non-Né, bien que JE sois impérissable dans Mon existence propre, bien que JE sois le Seigneur de toutes les existences […], chaque fois que le dharma s’efface - loi morale juste - et que monte l’injustice, alors JE prends naissance d’âge en âge. Pour la libération des bons, pour la destruction de ceux qui font le mal, pour mettre sur le trône la Justice, JE prends naissance d’âge en âge. »


En Inde, Terre où tant de grands Saints ont vu le jour, la Tradition précise que les Dieux tels que Brahma, Vishnu, Shiva, Eux-mêmes, des Manifestation de Brahman, le Dieu unique, peuvent décider de s’incarner pour aider l’humanité en voie de perdition quand elle est allée trop loin sur des chemins de traverse, trop loin sur la voie de la matérialité. Ces Incarnations Divines peuvent être partielles ou totales. Elles portent le nom d’Avatar.

Ramakhrisna, Avatar Divin


Le 18 février 1836, Dieu s’incarna dans Celui qui allait porter le nom de Ramakrishna. En 1835, IL apparut au père de Ramakrishna et lui fit la promesse de s’incarner dans le fils qu’il allait avoir. Sa mère, quant à elle, eut une vision lui annonçant la naissance d’un Enfant Divin alors qu’elle était déjà enceinte. Ses parents le prénommèrent Gadadhar qui signifiait Porteur du sceptre. Intelligent, vif d’esprit, il faisait le ravissement de ses parents, un couple brahmine très modeste et particulièrement pieux. Ultérieurement, à leur sujet, il relatait : « Ma mère était la personnification de la droiture et de la gentillesse. Mon père était d’une probité parfaite. Il passait beaucoup de temps dans l’adoration et la prière, répétant le Nom de Dieu et chantant les Hymnes Sacrés... »


Dès l’âge de six ans, Gadadhar connut Sa première extase. Des années plus tard, Il avoua qu’il avait ressenti une joie indicible. Âgé de neuf ans, au cours d’une cérémonie initiatique, Il reçut le cordon sacré, symbole de Son entrée dans la communauté brahmanique. Sa vie religieuse commençait lui permettant de s’adonner à la méditation et à l’adoration de ses Ishtas - statues représentant différentes Divinités.

Dès lors que Ramakrishna entrait en contemplation, le Seigneur lui apparaissait au bout de quelques instants.

A vingt ans, sa vie prit un tournant décisif. Une riche veuve avait fait édifier sur le bord du Gange non loin de Calcutta un magnifique temple-jardin en l’honneur de Kali, la Mère Divine. Ramakrishna devint prêtre dans ce temple de Dakshineswar.

L’Amour qu’Il éprouva pour Kali, tel un Feu dévorant embrasa tout son Etre. Pour Lui, Kali symbolisait la Divinité ultime sous l’Aspect Féminin. Il trouvait en Elle la Douceur sans pareille de l’Amour Maternel. Elle incarnait la seule Réalité. Il contemplait partout le Pouvoir et la Beauté manifestée de la Mère Divine. A Son intention, Il révélait :

« Elle est le Dieu visible qui conduit Ses élus au Dieu invisible, et s’il Lui plaît, Elle enlève de tout être créé toute trace de l’ego pour l’immerger dans la Conscience de l’Absolu, le Dieu indifférencié. Grâce à Elle, l’ego limité, le je se perd dans l’Ego sans limites : âtman-Brahman.

Emplissant de plus en plus son Etre Divin de la Présence de Kali, Ramakrishna allait devenir Celui que l’on surnommerait le Fou de Dieu .

Les plus hautes Cimes de la Spiritualité


A vingt-trois ans, Selon la Tradition hindoue, il se maria avec Sarada Devi âgée de cinq ans. N’étant encore qu’une enfant, elle resta de nombreuses années chez ses parents. Lorsqu’elle eut dix-huit ans, elle rejoignit Ramakrishna. Leur mariage ne fut jamais consommé : aux yeux de ce Divin Prêtre, toutes les femmes étaient des Représentations de la Mère Divine. Toutefois, avec une délicatesse infinie, il dit à son épouse : « Si vous désirez m’attirer dans le monde de l’illusion, comme je suis votre époux, je suis à votre service. » Devant la Grandeur d’Ame de son mari, Sarada Devi vécut à Ses côtés et devint Son disciple fervent. En tant qu’épouse, elle prenait soin de lui et de sa santé délicate. Magnifique union mystique que la leur, n’est-il pas ?

Sans aucun Maître spirituel, Ramakrishna avait atteint les plus hauts sommets de l’Amour Divin. Toutefois, sur le plan humain, sa raison avait été mise à rude épreuve, car les états de conscience qu’il vivait étaient très éprouvants psychiquement et fatigants physiquement. Mais, Dieu veillait sur lui.

Une brahmine très érudite vint au temple de Dakshineswar, en Le voyant, elle s’exclama :

« Mon fils, c’est vous que je cherchais depuis longtemps. » Elle lui apprit qu’il était passé par les états les plus hauts de l’entraînement spirituel, qu’il avait atteint le ravissement suprême couronnant tous les autres, qu’il avait atteint le mahâbhava signes certains de la très rare Manifestation Divine dans un homme.

Elle apporta son témoignage : « Seule une Incarnation Divine est capable de manifestations semblables. » Elle proclama ouvertement que Ramakrisna était une Incarnation de Dieu.

Divine Tolérance


Envers les autres religions, il était d’une tolérance extrême et d’une ouverture d’esprit à nulle autre pareille. Il était intimement convaincu que lorsque les dévots s’adressent à Dieu, à leur Dieu quel que soit le Nom que ces dévots Lui donnent, il s’agit toujours du Dieu unique, du Dieu Suprême, bien que multiples dans Ses Manifestations.

Pour Lui, chaque religion a pour but d’amener les fidèles à trouver Dieu, elles ne sont pas contradictoires, elles sont mêmes par de nombreux aspects complémentaires, similaires.

Ainsi, ce Fou de Dieu expérimenta l’Islam. Pendant quelques jours, il s’habilla comme un musulman répétant constamment le nom d’Allah. Au bout de trois jours, le Prophète Mahomet lui apparut et Il entra en communion avec Brahman, Dieu.


Quelques années plus tard, alors qu’il entendait une personne lire la bible, il éprouva un désir intense de découvrir le christianisme. Il fut émerveillé par la personnalité de Jésus-Christ et par Son enseignement. En contemplant une peinture de la Vierge-Marie et de l’Enfant-Jésus, une émotion indicible emplit Son Etre tandis qu’Il voyait des rayons lumineux sortir de Marie et de Jésus. Il tomba en extase.

Pour lui, le Christ était une Incarnation de l’Amour. Quelques jours plus tard, se promenant dans un parc, Il vit venir vers Lui, un Etre serein aux yeux verts et au teint clair. Soudain, du plus profond de son être Ramakrishna entendit :


« Contemple le Christ qui a versé le sang de Son Cœur pour la rédemption du monde et qui a souffert un Océan d’angoisse pour l’Amour des hommes. C’est Lui, le Maître, qui est en union éternelle avec Dieu. C’est Jésus l’Amour incarné. Le Fils de l’Homme embrassa le Fils de la Divine Mère et se fondit en Lui. »

Il s’intéressa également à Bouddha et découvrit la similitude de Son enseignement avec celui des Traditions hindoues. Il pouvait donc affirmer : « J’ai pratiqué toutes les religions : hindouisme, islamisme, christianisme, et j’ai suivi aussi les voies des différentes sectes de l’hindouisme… Et j’ai trouvé que c’est le même Dieu vers qui tous se dirigent, par des voies différentes».


Il disait aussi : « Aucune religion ne possède des titres à l’universalité, chacune est un Message transmis à une certaine époque, à un peuple déterminé. Si l’on voulait appliquer les commandements d’une seule Révélation à toutes les sociétés humaines, on imposerait à des races qui n’ont entre elles rien de commun, des notions dont elles seraient incapables de saisir la pleine valeur. »

Pour éviter tout sectarisme et pour toucher toujours plus les cœurs, il n’hésitait pas à formuler différemment ce qui Lui semblait essentiel : « Il brille autant de lumières que de pieux pèlerins. Si Dieu est infini, les chemins qui conduisent à Lui doivent être infinis… Pourquoi discuter ou argumenter ? Il s’agit de trouver Dieu à tout prix et de ne pas se tourmenter au sujet de la meilleure route à prendre. L’adhésion rigide à certains dogmes n’est pas une chose indispensable, elle peut parfois faire du mal. Si tu connais Dieu, tu ne te préoccuperas pas de doctrines. Tu pourras avoir lu tous les Livres Saints de toutes les religions, croire à tous les crédos révélés et cependant être incapable de trouver Dieu. »

Divine Transmission orale


Son Amour pour Dieu était tel, que Ramakrishna voulait Le transmettre à ceux qui L’approchaient tant Il se sentait responsable des personnes que la Mère Divine dirigeait vers Lui afin d’être guidées, enseignées.


Son rôle d’Eveilleur d’âmes Lui tenait très à coeur. C’est ainsi qu’Il utilisait Sa faculté de transpercer l’âme, non pour la juger, mais pour connaître son état d’avancement afin d’ajuster en conséquence l’enseignement qu’Il pouvait transmettre. Grâce à Son Don exceptionnel, Il adaptait Son comportement aux situations et aux personnalités de chacun.

C’est ainsi qu’il instruisait Ses disciples avec simplicité, sans dogmatisme aucun, donnant à tous la Nourriture Spirituelle dont leur âme avait besoin pour grandir, pour s’épanouir. Agissant de la sorte, Il ne pouvait que faire briller la Flamme de l’Amour Divin chez ceux qui L’écoutaient bien conscients de la valeur inestimable de l’Enseignement reçu progressivement, graduellement, au cours de conversations, de réflexions, de méditations.


De façon subtile et invisible, Ramakrishna laissait une trace indélébile dans l’âme de ceux qui l’écoutaient…

Pour encourager dans leurs pratiques spirituelles les personnes qui recherchaient Ses guidances, il leur rappelait : « Ceux qui croient que Dieu est sans Forme L’atteindront aussi bien que ceux qui croient qu’IL est avec Formes. Les deux seules choses nécessaires sont la Foi et l’abandon de soi. » Il insistait sur l’importance de répéter le nom de Dieu - Bakti yoga. Il recommandait :

« Appelez Dieu avec une ardeur intense... » « Nul besoin de trop lire les écritures, ce que vous obtenez en répétant dix fois le Nom de Dieu avec Amour est l’Essence même des Écritures. Soyez fou de Dieu, ayez la Véritable Soif de Dieu, l’Intoxication Divine. L’Amour, Clé de la Connaissance ouvre toutes les portes

Il enseignait également : « La création entière est la Forme universelle de Dieu, mais c’est dans l’homme que la Manifestation de Dieu est la plus forte, davantage encore dans les âmes pures. La chose essentielle est de cultiver avant tout la Dévotion à Dieu…


LE BUT DE LA NAISSANCE HUMAINE EST D’AIMER DIEU.


Réalisez cet Amour et vivez en paix… Dieu vous enseignera au fur et à mesure ce que vous devez particulièrement connaître. Ayez Foi en la Divine Mère et souvenez-vous qu’on ne peut trouver Dieu qu’à travers une complète renonciation. Suivez pas à pas les instructions de votre gourou et vous trouverez Dieu. Sinon vous devrez naître et renaître. »


Il rappelait le rôle de tout Avatar :

« Savez-vous pourquoi Dieu s’incarne ? Parce que l’on peut à travers un corps humain, entendre Ses Paroles. Une petite parcelle de Lui seulement est manifestée…»

*****


J’ajoute que plus que jamais, l’esprit de Ramakrishna rayonne sur la Terre. Plus que jamais, il est une Lumière en cette période cruciale de l’humanité. Plus que jamais, il nous apporte Son Aide, nous communique Son Amour. Plus que jamais, laissons notre âme être embrasée par lui qui était ”Fou de Dieu”. Soyons de plus en plus nombreux à être Ses Divins enfants, car Il s'était incarné à cet effet.


Ramakrishna abandonna Son enveloppe charnelle le 16 août 1886.


Je me suis inspirée de l’excellent livre de Solange Lemaître Ramakrishna et la vitalité de l’hindouisme – collection Maîtres spirituels – Editions du Seuil.


******


Mes expériences mystiques avec Ramakrisna

Ramakrishna m’est apparu à de nombreuses reprises depuis 1999. Il tissa de cette façon un lien indéfectible entre nos deux âmes. Il me soutenait lorsque j’étais exténuée physiquement et que moralement je vacillais.

Il y a de nombreuses années, en état de méditation, sortit de mon âme ce désir ardent : « Je veux être un fou de Dieu .» Intérieurement je pensai : « Pourquoi ai-je dit fou de Dieu puisque je suis une femme, j’aurais dû dire folle de Dieu ? » Je ne savais pas alors que Ramakrishna était appelé Fou de Dieu. Je le découvris en lisant le livre de Solange Lemaître. Je compris qu’à mon insu, Il m’avait veillée et venait le moment pour Lui de se manifester. Les Sages orientaux enseignent : « Quand le disciple est prêt, le Maître arrive. »


Un jour d’octobre 2006, Il m’apparut à mon domicile. Il désirait que je me rende à Gretz, en Seine et Marne, au centre spirituel qui porte Son Nom. Il me demandait d’y être pour quatorze heures. Sans hésiter, je m’y rendis. Arrivée dans le sanctuaire, je Le priais en lui disant que j’étais si heureuse de me retrouver en ce lieu dans lequel j’aimais tant venir. Au bout de quelques instants, Il m’informa qu’Il allait m’adombrer : infuser en moi Ses Divines Energies.


C’est alors que je vis au-dessus et autour de moi, une Lumière d’un blanc doré ayant la forme d’une spirale tournoyant doucement sur elle-même. Je me sentais dans un état second, entre Ciel et Terre. Je ressentais dans tout mon être une Ivresse spirituelle mais de façon atténuée afin qu’elle s’accordât avec mon taux vibratoire.

Cette Ivresse dura quelques minutes, et à partir de ce moment-là, je sentis que Ramakrishna était en moi. Je faisais une différence entre l’avant et l’après adombrement. Avant qu’Il ne m’adombre, je l’invoquai en tant qu’Avatar extérieur à moi. Dans mon âme, de façon très subtile, ce rapport avait changé. J’étais bouleversée et je ne pouvais que Lui répéter : « O, Seigneur, pourquoi un tel cadeau ? » Sa réponse fut : « Parce que tu as choisi d’être Mon enfant. Tu es ma Schékina. Tu as trouvé Grâce à Mes yeux. Je t’ai accueillie en Mon sein. J’ai veillé sur toi nuit et jour comme un bon père attentionné veille sur Son enfant. Mon Amour ne t’a jamais fait défaut. Tu M’as appelé : j’étais en toi, dans ton cœur.


Dans tes détresses, dans tes chagrins, j’étais là, comme le lotus est posé sur l’eau. J’étais là, comme une rose qui exhale son parfum. J’étais là, Mon enfant pour te soutenir afin que ta foi ne vacille pas. J’étais là, car Il – le Christ - me L’avait demandé. J’étais là, car ton grand Amour pour Moi, ton immense Amour pour Moi, M’avait appelé. »

Très émue, de mon âme sortit : « Seigneur Amour, c’est vrai que je Vous ai aimé, d’un Amour tellement grand, tellement puissant, mon cœur s’est embrasé d’Amour pour Vous. En Vous, je Le - le Christ - reconnaissais, à travers Vous, je L’aimais. Je désirais être en Sa Présence. Je désirais toujours plus me rapprocher de Lui en Vous aimant toujours plus. »


Ramakrisna me demanda ensuite de boire trente gorgées d’eau me précisant que cette eau était sanctifiée et qu’elle symbolisait l’eau du Gange. Il est un fait que je la vis Lumière. En la buvant, je voyais sortir de mon aura de la magie noire que j’avais reçue. J’y voyais des couleurs or, violet, rose, rouge… spectacle magnifique.


Je répétais à plusieurs reprises : « O, Seigneur, je suis bouleversée ». Avec une tendresse infinie, celle du Dieu Père/Mère, Ramakrisna me dit : « Tu es ma Schékina ». Il me demanda une seconde fois de boire trente gorgées d’eau. Il précisa : « Tu parleras des dialectes indiens. Tu liras le sanskrit ». Je Lui répondis : « 0, Seigneur ». Il reprit : « Tu es Ma Schékina, tu es Mon enfant ». Je Lui murmurai : « O, Seigneur, Le Seigneur m’a comblé de joies. Ses Délices sont éternels. O, Seigneur, que je Vous aime. O, Seigneur, mon Amour pour Vous est grand ». Il me confia : « Le mien l’est tout autant pour toi ». Il répéta : « Je t’aime Mon enfant. Je t’aime Mon enfant. Je t’aime Mon enfant. »


En juin 2009, Il m’apparut de nouveau et me dit : « Mon enfant, fais Nous confiance en tout point. Rayonne la Joie de vivre, l’Amour, la Paix. Sois unie à Lui – le Christ – à Nous en permanence. Chante Mon Nom, fais-en des guirlandes de fleurs.


Je te protège. Fais-Nous confiance. Haut degré de la spiritualité. Cime Royale. Foi, aie la Foi qui déplace les montagnes. Remercie pour tout.


Nous t’entourons tous.

Nous t’aimons tous.

Nous te protégeons tous.

Nous te veillons tous.


Mon Nom est plus puissant que tout. Mon Cœur et le tien n’en font qu’Un. Foi absolue.»


J'ajoute qu’à plusieurs reprises, tandis que je me trouvais au sanctuaire de Gretz, je vis le Seigneur Krishna tout Lumière sous l’apparence d’un Enfant de deux ans. Je Le vis aussi prenant l’apparence d’un Joueur de flûte âgé de douze ans. Une fois, je vis Sarada Devi, l’épouse de Ramakrisna toute Lumière tandis qu’elle m’appelait Petite Mère.


Le 22 février 2009, Ramakrishna me livra un message personnel et à Son intention. Il me donna cette consigne : « Propage Mon Nom.» Au même moment, je voyais des Ondes de Lumière répandre dans l’univers...

Quatre ans plus tard, c'est un immense Bonheur pour moi de contribuer par l’intermédiaire de mon site à faire connaître Ramakrishna, ce ”Fou de Dieu”, lui qui était pur Amour et pure Lumière.



Publication originale août 2013 sur Amour et Lumière



This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now