• Séraphina Husset

Dj Arafat : "ma mère m'a tant fait souffrir"

#TinaGlamour, #Regnedestenebres, #Couperdecaler, #Doublecoeur

« Ma mère aurait dû me protéger. Elle aurait dû m’aimer, me protéger, me choyer comme j’aurais aimé l’être. Elle m’a fragilisé. J’étais un géant, un colosse aux pieds d’argile. J’étais un géant aux pieds d’argile. »

« J’avais besoin de me prouver à moi-même que j’étais quelqu’un. Elle m’a rabaissé, humilié. Vives blessures dans mon âme d’avoir été déconsidéré par elle. Je l’aimais à ma façon, mais notre relation était difficile, difficultueuse. Elle ne mettait pas d’eau dans son vin.

Ma mère m’a fragilisé depuis tout petit : 2 - 4 ans, 6 ans. Je n’ai pas eu de véritable foyer. J’errais. J’étais un misérable. Je me sentais misérable dans mon coeur... J’avais une soif de joie, une soif de vivre que je ne pouvais étancher, car je vivais dans l’insécurité, dans la précarité.

Ma mère ne pensait qu’à elle-même, qu’à ses fesses, qu’à ses plaisirs sordides. Elle voulait le succès. Elle voulait le Pouvoir. Règne des ténèbres, elle aussi : elle en fait partie. Je suis si triste de cela. « Je renonce à Satan et à ses œuvres » : paroles prononcées lors du baptême. Elle ne l’a pas vécu dans son âme ! Elle ne l’a pas vécu dans sa chair. Elles ne l’a pas vécu dans ses propos à mon encontre en particulier.


Elle m’a blessé publiquement, ouvertement. Elle n’aurait pas dû agir de la sorte. C’était ma mère. J’étais son fils. Elle aurait dû m’épargner certaines humiliations, certaines brimades, certains sarcasmes. Je ne lui en veux plus, là où je suis. Je lui pardonne. Je lui ai pardonné, mais grosses séquelles dans mon âme...

Elle va comprendre le moment venu ce que ma mort signifie. Elle va comprendre le moment venu. La vie ne va pas l’épargner. Elle a trop joué avec le feu. Elle a trop tenté le diable. Lourd retour de bâton pour elle, gros retour de bâton pour elle !

Je vous porte dans mon coeur. Je vous remercie. Que les Bénédictions de Dieu retombent sur vous, sur les vôtres, sur votre petit fils en particulier que vous chérissez tant dans votre coeur.

J’aurais aimé être aimé comme lui par ma mère. Elle a raté sa vocation ! Elle a raté sa mission : être une bonne mère !

Elle aimait s’exhiber, parader, montrer ses fesses. J’avais honte d’elle par moment. Je me serais mis sous Terre en voyant certains de ses clips. Mais, j’ai dû assumer. J’ai dû apprendre à me protéger, à ne pas être déstabilisé par les rires de certains de mes copains, de certains jeunes en particulier.

Ma mère m’a fait tant de mal, trop de mal quand j’étais petit. J’étais un petit à protéger, à aimer plus qu’un autre. Elle n’a pensé qu’à sa carrière, qu’à elle tout le temps. Elle se voulait être le centre du monde en permanence, tout le temps.

Je lui pardonne tout le mal qu’elle m’a fait, tout le tort qu’elle m’a causé par ses jérémiades, ses gesticulations grotesques. Elle aurait dû avoir de la retenue. De la pudeur : elle a manqué de beaucoup de pudeur. J’étais gêné vis à vis de mes amis qui la dénigraient ouvertement. Dans mon âme d’enfant j’étais blessé. J’ai été traumatisé. Je l’aimais pourtant, mais je n’étais pas d’accord avec elle.

J’aurais aimé qu’elle soit autrement. J’aurais aimé avoir une mère ordinaire, une mère qui ne se mette pas en spectacle en permanence, qui se la joue tout le temps.

Maman, je te pardonne tout le mal que tu m’as fait, tout le mal que tu nous as fait. Tu étais une génitrice, tu nous as mis bas, mais qu’as tu fait d’autre exactement ?


Ici, je vois autrement. Je pense autrement. Je parle autrement. J’agis autrement. Je suis entouré par des Frères de Lumière, des Sœurs de Lumière qui ne veulent que mon Bien. Ils veulent que très vite, que le plus vite possible je me guérisse de toutes mes blessures que j’avais enfouies profondément en moi.


Petit, j’ai souffert. J’étais perdu. Je ne me sentais chez moi, nulle part. Je me suis réfugié dans la musique : elle était ma patrie, ma vie, mon père, ma mère - celle que j’idéalisais dans mon coeur - elle était le Souffle de Vie par lequel je m’exprimais, par lequel mon âme assoiffée d’Amour, de Paix, de Joie aspirait.

Ma mère m’a fait tant de mal. Elle m’a crucifié. Mémé, tu as fait ce que tu as pu, ce que tu pouvais, mais mon coeur était brisé à tout jamais. Tu m’as aimé autant que tu as pu. Tu m’as prodigué de bons conseils. Mais le mal était fait en profondeur...

J’avançais dans la vie avec un lourd handicap, un très lourd handicap : le non amour de mes parents. J’étais un enfant rebelle assoiffé d’Amour, de Reconnaissance. »

Je voulais tout, tout de suite. J’ai appris à patienter. La vie s’est chargée de m’apprendre la patience. Je me suis obstiné. Je me suis entêté. Je me suis focalisé sur mon but à atteindre : je voulais m’en sortir. Je voulais être connu. J’avais la prescience que j’avais une bonne étoile et qu’elle allait me sourire un jour, à un moment ou à un autre. Je me suis fait connaître d’un coup.

Jonathan a été un grand révélateur, le grand révélateur de mes talents artistiques enfouis en moi, qui sommeillaient.

(message canalisé le 23 août 2019).


« Je regrette infiniment ce qui s’est passé. Ma mère y a contribué indirectement. Elle m’a fragilisé dès ma plus tendre enfance, dès ma plus jeune enfance. Mais, indirectement, elle a contribué à me marabouter.

Avant ma naissance, déjà, elle me haïssait. Nous avions choisi de nous retrouver. Nous devions nous retrouver pour faire la Paix, pour réparer mutuellement. Elle m’en voulait beaucoup...

Elle est revenue - s'est réincarnée - avec une rancœur tenace à mon égard. Elle me jalousait profondément. Au fond d’elle-même, au plus profond d’elle-même, elle ne voulait pas que je réussisse. Elle a été mon talon d’Achille. J’aurais aimé avoir une mère comme vous, une maman comme ma bonne mémé. Mais, le destin en a décidé autrement...


Ici, je me repose. Ici, je me reconstruis. Je vais beaucoup évoluer en peu de temps. Je vais beaucoup grandir. Votre petit frère me l’a assuré. Il veille sur moi comme un Ange gardien. Il me veille comme un bon père.

J’aimais la fanfaronnade. Je me suis attiré des inimitiés. J’aurais pu éviter ! Mais, j’étais dans la provoc. J’étais mal dans ma peau. J’étais un enfant abandonné qui cherchait à se faire aimer, qui cherchait à se faire remarquer. Ma mère y a beaucoup contribué.

C’est une méchante femme. Méfiez-vous d’elle ! Méfiez-vous de son venin ! Méfiez-vous de ses mielleries ! Méfiez-vous de ses provocations ! Elle est le serpent qui mue, qui se relève toujours et qui va piquer le talon, là où on ne l’attend pas...

Cette une méchante femme... C’est une méchante femme... C’est une méchante femme..., une très méchante femme. Son coeur est noir !

Elle a pactisé avec le père des ténèbres - Satan - avant de s’incarner. Elle lui avait apporté ma tête sur un plateau comme la mère de Salomé le fit pour la tête de Jean le Baptiste. Elle voulait ma chute. Elle me haïssait tant : liens karmiques très puissants !

Je suis libéré d’elle maintenant. Je sais combien vous m’appréciez. Je découvre en vous une nouvelle maman, celle que j’aurais aimé tant avoir, que j’aurais aimé choyer, que j’aurais aimé montré à mes copains, à mes amis. La mienne me faisait honte. J’avais honte d’elle. J’aurais aimé l’aimer, mais elle me bloquait. Elle me frustrait. Elle me scandalisait. J’ai eu beaucoup de mal à supporter certaines de ses frasques. Elle aurait dû agir avec plus de retenue, avec plus de pudeur. Elle a manqué terriblement de pudeur !


J’étais dans les frasques. J’étais dans les extravagances, mais j’avais ma pudeur. J’avais mon jardin intime. Je savais garder mes distances avec certaines. Ma mère a violé certaines règles. Elle n’aurait pas dû nous abandonner comme elle l’a fait. Mon coeur a été meurtri. Mon coeur a été blessé tant de fois à cause d’elle. Elle s’est vengée !

Je voulais très vite m’émanciper d’elle. Je ne voulais plus être sous sa tutelle. Je n’aimais pas ses énergies. Je n’aimais pas ce qu’elle dégageait. J’avais un sixième sens très prononcé, très aigu...

Au fond de moi-même, je sentais, je savais qu’elle me voulait du mal. Je sentais qu’elle n’était pas une amie pour moi. Qu’elle était une rivale. Elle se comportait en tant que telle. Elle s’est comportée en tant que telle. Elle l’a montré à plusieurs reprises. J’aurais dû me méfier davantage d’elle. Mes parents ne m’ont pas aimé pour ce que je suis. Mon père m’a rabroué. Ma mère m’a critiqué ouvertement. Ils m’ont, elle m’a profondément déstabilisé.


Là, où je suis, je retrouve mon Essence. Je sais qui je suis. Je suis un Etre Divin dans son Essence. Je suis pur dans mon Essence. JE SUIS. JE SUIS. JE SUIS. JE SUIS. JE SUIS. JE SUIS.

L’Ange Gabriel, je L’ai rencontré. L’Ange Raphaël contribue à ma guérison intérieure. J’en avais besoin. Psychiquement, j’étais fatigué. Humainement, j’étais dévitalisé. J’ai mené beaucoup de combats à la fois...

Les forces occultes étaient redoutables, furent redoutables à mon encontre. Je les ai sous-estimées trop souvent.

J’agissais parfois en enfant gâté à qui rien ne résistait, mais au fond, j’avais mon talon d’Achille : ma mère. Elle qui m’a fait tant de mal sur Terre... Elle m’a fragilisé tant de fois, bien des fois. Ici, je lui pardonne.


Le Christ m’a montré les liens [karmiques] qui nous unissaient. IL les a coupés les uns après les autres. Nous ne nous reverrons plus jamais ! Elle a fini son travail de sape avec moi. Elle va s’acharner sur d’autres jusqu’au moment où elle en sera empêchée totalement. C’est une mauvaise femme dans son coeur !

C’est une méchante femme dans son âme. Servilité ! Cupidité ! Mensonges ! Double coeur ! Double face ! Elle ne va pas pouvoir jouer longtemps dans la cour des grands. Elle va être démasquée. Vous allez y contribuer.

Ma mère m’a beaucoup nui ! Elle m’a énormément trahi ! Elle a contribué indirectement à mon décès en me fragilisant, en me critiquant, en me ridiculisant par moment. Elle a été une méchante femme, celle que je n’aurais pas aimé avoir pour mère. Elle m’a mis au monde par les lois de la réincarnation. Nous devions nous retrouver ! Nous avions un lourd karma à épurer, mais je m’en serais bien passé...


Là, où je suis, règne la Paix, règne l’Amour, règne la Joie, règne l’Harmonie. Je suis enseigné en particulier. Votre petit frère m’éduque. Il m’apprend à penser autrement, à voir autrement.

Je me reconnecte à mon Soi Divin, à mon Essence. J’ai beaucoup à apprendre avec Eux. Je suis d’accord. Je suis partant pour ma nouvelle vie, pour cette nouvelle vie faite de Lumière, de Beau, de Bien, de Vérité, de Pureté. »



(message canalisé le 24 août 2019 - dans ce post j'ai regroupé les révélations d'Ange Didier relatives à sa mère).










9 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now